Rapatriement du corps : ce qu’il faut connaître > Obsèques Conseils Rapatriement du corps : ce qu’il faut connaître > Obsèques Conseils

Rapatriement du corps : ce qu’il faut connaître

Le transport d’un corps est souvent pris en charge selon le lieu du décès. Il est possible qu’une personne décède dans un lieu non proche du domicile, et selon la distance, les pompes funèbres mettent à disposition les moyens nécessaires pour transporter le corps du défunt. Le transport s’effectue dans un véhicule spécial. Une mise en bière est parfois nécessaire pour déterminer les paramètres qui surviennent dans le transport.

Le avant et après mise en bière

On peut définir deux étapes pour le rapatriement, la première s’effectue avant la mise en bière tandis que la deuxième survient après cette dernière.

Pour l’étape initiale, le transport du défunt s’effectue entre le lieu du décès et la chambre funéraire. Durant le trajet, le véhicule devra être capable d’assurer la réfrigération du corps, et pour cela, il sera amené à être équipé d’un caisson dédié à cet effet. D’ailleurs, pour des raisons de conservation, il est recommandé de transporter le corps avant 48 heures. Passé ce délai, le transport devient impossible, même en présence de produits formolés injectés dans le corps.

Après la mise en bière, le défunt est conduit dans un cercueil vers un culte ou directement au cimetière. Le transport se fait généralement avec un véhicule spécialement conçu pour cette tâche, ce dernier varie également selon la distance.

Le coût du rapatriement

Le prix du transport d’un défunt varie en grande partie selon la distance en kilomètres. L’entreprise assurant le transport facture le trajet au kilomètre parcouru en plus des éventuels frais de péage.

Chaque transport est unique, il est donc possible de retrouver différents prix. En général, il faut prévoir entre 0,80 et 1,20 euros le kilomètre. Les trajets trop long en corbillards sont facturés plus cher puisqu’il faut payer l’alleé et le retour. Il est par contre rassurant de savoir que le taux TVA du transport funéraire est réduit de 10 %.

Rapatriement du corps à l’étranger

Certaines religions exigent en coutume l’inhumation dans la terre natale du défunt. Il est donc nécessaire de rapatrier le corps d’un défunt à l’étranger. Au delà de l’aspect religieux, il est possible pour les personnes vivant à l’étranger pour certains pays tels que la France de demander un rapatriement du corps. Dans ce cas, il est nécessaire pour les proches du défunt de prévoir un budget important, car les frais de transport le sont souvent.

Pour accomplir le rapatriement, il est nécessaire de faire certaines démarches. Afin d’établir le transport, des agences pompes funèbres permettent simplement d’assurer le rapatriement. Dans ce cas, il faut fournir les documents suivants à l’agence :

  • Une demande de rapatriement.
  • Un certificat médical de décès.
  • Pour certains pays, un certificat de non-épidémie.
  • Une autorisation de fermeture de cercueil. Celle-ci est fournie par le préfet du département.

Avoir une assurance rapatriement

Pour des raisons de prévoyances, il est possible d’avoir un contrat chez une assurance. Cette souscription permet d’éviter à la famille du défunt de dépenser des frais pour un rapatriement à l’étranger. L’assurance prend généralement en charge, selon le contrat, le transport pour tous les itinéraires. Le contrat peut aussi, dans certains cas, prévoir un dossier administratif à fournir pour l’agence de pompes funèbres.

Commenter l'article

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :